1 couple sur 3 serait concerné par l’infidélité

Il existe assez peu d’études / de statistiques sur l’infidélité. Ce sujet reste encore tabou. Les personnes interrogées à ce propos ont souvent le réflexe de mentir / ne pas avouer leurs écarts extraconjugaux …

Les rares études que l’on peut trouver sur l’infidélité sont donc particulièrement précieuses, surtout lorsque l’organisme / l’institution pilotant l’enquête fait office de référence … Ce qui est le cas de l’institut Ipsos, qui a justement publié des chiffres fiables sur l’infidélité des couples …

Perception et limite de l’infidélité

  • La quasi-totalité des personnes interrogées avouent (sans surprise) qu’avoir une relation sexuelle avec un autre partenaire constitue une infidélité.
  • Embrasser une autre personne sur la bouche est  également considéré comme un signe d’infidélité (75% des réponses), tout comme le fait de flirter (60% des réponses).
  • Les Français sont enfin peu nombreux à juger qu’avoir des moments de complicité avec une personne du sexe opposé ou  dialoguer fréquemment avec une autre personne sur internet constituent  une forme d’infidélité.

Chiffres / panorama de l’infidélité en France

  • Près  de quatre Français en couple sur dix ont déjà été infidèles ou pourraient  l’être (37%).
    – 17% des Français vivant en couple déclarent avoir déjà été infidèle.
    – 20% estiment que cela pourrait arriver.
  • Les femmes sont un peu moins nombreuses (environ 20%) à être infidèles, ou tout au moins à l’avouer.
  • Plus d’une personne sur deux estime qu’il est possible d’aimer son ou sa partenaire tout en lui étant infidèle.
  • Les hommes sont  légèrement plus nombreux à penser qu’un tel cumul est possible (environ 60%). La proportion s’élève quand même à près de 50% chez les femmes.
  • Plus d’une personne sur deux (58%) se dit capable de pardonner l’infidélité de son conjoint.
    – Parmi ces Français, environ 10% l’ont déjà fait et près de 15% d’entre eux seraient certains d’y parvenir.
    – 35% des sondés concernés se disent prêts à pardonner sous certaines conditions  uniquement.
    – Les hommes seraient plus nombreux (plus de 60%) à pardonner l’infidélité  de leur partenaire que les femmes (55%).
  • L’âge est un facteur différenciant  important. L’étude souligne par exemple le fait que les plus de 35 ans sont 60% à envisager de  pardonner, alors que les plus jeunes ont semble t-il une vision plus idéalisée / candide des choses.
VN:F [1.9.22_1171]
Noter cet article :

Auteur : SO Flirt

Le site SO Flirt se présente comme un outil d'information et de veille dédié au monde des rencontres en ligne. Les ressources publiées sur le site (fiches, conseils ou points de vue sur l'actualité du secteur) représentent des pistes possibles pour aider les internautes qui souhaitent augmenter leurs chances de faire des rencontres sur internet.

Commentaires fermés.